Comment rendre l’environnement de travail attractif ?

Comment rendre l’environnement de travail attractif ?

Plurialys > Quotidien des entreprises > Comment rendre l’environnement de travail attractif ?

Espace modulaire, salle de sieste, roof top … autant d’aménagements qui contribuent à renforcer le bien-être au travail et l’engagement de salariés plus heureux. Voici quelques pistes pour faire de votre entreprise un lieu où il fait bon vivre.

La conviction selon laquelle l’environnement de travail influe sur la qualité de vie au travail progresse. Selon le baromètre Actineo 2019, 50% des actifs estiment que l’espace de travail a un impact très important sur leur santé et 48% sur leur bien-être. Deux pourcentages en hausse de 5 points par rapport à 2017. Pour engager ses salariés, une entreprise doit leur fournir un cadre adapté à leurs besoins.

Or, selon la même étude, seuls 22 % des sondés jugent que c’est le cas. Bureaux évolutifs, salle de détente, salle de sieste… Que mettre en place pour soigner le bien-être des collaborateurs ? Tout dépend de la taille de l’entreprise, de son activité, des métiers et profils des salariés, de leurs habitudes de travail… Le flex office (bureau flexible), en vogue, est adapté aux besoins des collaborateurs nomades, alors que le bureau individuel ou un espace préservant l’intimité le sont aux sédentaires. La solution doit être individualisée, et concilier travail collaboratif et épanouissement individuel.

Impliquer les salariés

S’il ne s’agit pas de répondre à toutes les demandes – certaines étant farfelues -, il est important d’impliquer les salariés dans le projet afin de sonder leurs besoins“, explique Jennifer Plaisant, architecte d’intérieur et dirigeante de DecoForDesk, spécialiste des espaces de travail pour PME et start-up. Après avoir recueilli les avis et suggestions, il s’agit de déterminer un plan d’implantation autour duquel discuter, car les possibilités sont nombreuses.

La dernière édition de Workspace Expo, le salon du design, du mobilier et de l’aménagement des espaces de travail, qui s’est tenue en avril Porte de Versailles, à Paris, a confirmé la diversité des solutions. Elle a mis en lumière des points clés pour créer un environnement optimal : tenir compte du nomadisme avec des espaces qui peuvent être modifiés à l’envi et changer de fonction, favoriser le silence grâce à des revêtements qui étouffent les bruits, installer des cabines qui permettent aux salariés de s’isoler, fournir un confort visuel optimal grâce à des éclairages adéquats, soigner la décoration avec des matières et des couleurs qui renforcent la sensation de confort, s’équiper de mobiliers modulables et, enfin, prévoir des éléments de connectivité afin que chacun puisse recharger ses appareils mobiles.

Jouer sur la modularité des espaces

Les espaces de travail modulaires répondent aux besoins de flexibilité et d’optimisation des locaux. Aujourd’hui, on peut transformer une salle de réunion ou un open space en bureaux individuels. Steelcase a annoncé, ­l’automne dernier, sa collaboration avec OfficeBricks pour concevoir un système innovant de cabine acoustique pour s’isoler.

Il a aussi lancé Bivi, un concept de bureau inspiré de la culture “start-up” : ce produit caméléon prend la forme d’un bureau, d’une table autour de laquelle une équipe peut s’asseoir et même d’un porte-vélo ! Des solutions moins radicales existent, comme des cloisons acoustiques et visuelles nomades, à l’instar des panneaux dépliables Solodesk de Wood Mobilier.

Sortir des clichés

La modularité gagne les espaces de détente, qui, d’une entreprise à l’autre, adoptent un aspect différent. “La salle de détente n’est pas obligatoirement équipée d’un baby-foot ou d’un hamac. Dans certains cas, il peut être judicieux de mettre l’accent sur la partie cuisine et salle à manger, des pièces dans lesquelles les collaborateurs souhaitent déjeuner tranquillement lorsqu’ils les fréquentent au quotidien“, conseille Jennifer Plaisant. Il est également possible de détourner certains espaces de leur fonction première.

Comme en témoigne Romain Rainaut, cofondateur de CYD, agence dédiée au wellbeing [bien-être, NDLR] : “Nous avons déjà organisé un parcours santé dans un escalier ou une séance de yoga dans une cuisine. Ce qui prime, c’est d’expliquer la proposition d’activité et de la relier à l’entreprise. Toutes les PME n’ont pas besoin d’une salle de sport, c’est un cliché.

A contrario, pour engager une communauté dans un programme d’activités dédié au développement personnel des salariés sur le lieu de travail, il préconise de s’adapter au contexte de l’entreprise, même si les locaux ne s’y prêtent pas. “Nous avons accompagné le groupe de restauration Olivier Bertrand [240 salariés, NDLR], et mis en place un programme récurrent et hebdomadaire de développement personnel des collaborateurs pour les engager. Nous avons dû nous adapter à l’absence de salles dédiées et de douches.”. Selon l’expert, les équipements sont moins importants que la communication

Fournir des services

L’aménagement de l’espace tient compte des mètres carrés disponibles, ainsi que des zones de circulation nécessaires aux utilisateurs du bâtiment. L’extérieur – terrasse, jardin – peut être mis à profit. Grâce à la création d’un roof top ou d’une petite cour, les salariés décompresseront en prenant l’air. Qui dit bien-être dit repos et, pourquoi pas, salle de sieste. Par­ti­culièrement indiquée pour que les collaborateurs récupèrent, la sieste favorise la concentration. La salle peut être aménagée a minima avec des fauteuils confortables, voire des fauteuils de massage ou des banquettes, ou agrémentée par la diffusion d’huiles essentielles et/ou de musiques relaxantes.

Enfin, autre levier en essor dans certaines entreprises, la mise à disposition de services de conciergerie (pressing, cordonnerie, garde d’enfants … ). Selon l’Arseg*, ils sont d’autant plus importants que la localisation de l’entreprise est éloignée, basée en périphérie ou dans des quartiers en cours de développement. Ces services répondent aux besoins personnels des collaborateurs, tout en minimisant les inconvénients liés à l’implantation du lieu de travail. Un must.

* Étude “L’environnement de travail pour transformer l’entreprise”, Arseg, 2018.

Source: https://www.chefdentreprise.com/Thematique/rh-management-1026/breves/comment-rendre-environnement-travail-attractif-341625.htm#6o7XC0Mz6eGcXlTF.97